Côte Normande

La route de l'ivoire et des épices

A la grande époque du commerce maritime, emportés à travers les mers depuis les contrées lointaines, les épices et l'ivoire ont débarqué sur les côtes normandes, alimentant à leur façon un commerce local.

 

A Fécamp, on se sert des épices pour confectionner la célèbre liqueur Bénédictine et à Dieppe, on transforme les ivoires rapportés d'Afrique en petites oeuvres d'art : sujets religieux, tabatières, maquettes de bateaux, éventails finement ciselés font l'objet d'un véritable artisanat local.

 

Pointe d'exotisme dans le paysage normand, la route de l'ivoire et des épices est un plongeon dans l'histoire de la Normandie. 

 

Si le commerce de l'ivoire est maintenant interdit, la tradition des ivoires sculptés, utilisant des matières existantes, n'a pas complètement disparue. A Dieppe, à proximité du port, dans la petite rue Ango, deux ivoiriers perpétuent encore la tradition. 

 

Un hommage particulier : Normandie Echappées Plaisirs a eu connaissance de l'origine du café dans nos tasses qui passerait par le dévouement d'un normand, Gabriel de Clieu, qui aux dépends de sa santé, a ramené des plants de café d'Afrique aux Antilles, qui a donné à l'Europe cette abondance et ce goût du café depuis le XVIIe siècle.

 

Gabriel de Clieu était gouverneur de Guadeloupe et son château près de Dieppe témoigne encore de la vie aventureuse de ce gentilhomme.

Les étapes

Le château-musée et ses ivoiriers - Dieppe

Les objets sur l'histoire du café

Musée du chocolat

Le manoir d'Ango - Varengeville-sur-Mer

Le musée municipal des ivoires

Le château de Gabriel de Clieu - Dieppe